Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de minifourmi
  • Le blog de minifourmi
  • : Un site pour faire partager mon goût pour la littérature, et en particulier la littérature destinée à la jeunesse. J'y fais figurer également mes découvertes culturelles, et les documents susceptibles d'être utiles à la classe.
  • Contact

Texte Libre

Bannière Livraddict

 

En cours de lecture...

vivre-avec-des-cons.jpg

blanche_neige.jpg

petits-contes-de-printemps.jpg

Challenges en cours

 

challenge-Des-notes-et-des-mots-4

Fin: 21/06/13

Livres: 1/3

CD - Film musical: 1

 

Challenge regarde ce que tu lis

Illimité

4/7

 

challenge-chocoladdict.jpg

Fin: 2/10/2012

Livres: 0/2

Recette: 0/1

Film: 0/1

 

Challenge-Beaux-livres.jpgFin: 08/02/2014

Catégorie: amoureux de la beauté

0/7

19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 21:33

slhoka-t1.jpgScénario: Ulrig Godderidge

Dessin: Adrien Floch

Couleurs: Lyse

Editeur: Soleil

Collection: La preuve par 3 (Volume regroupant les 3 premiers tomes, mais ici je ne chronique que le premier tome)

Année: 2011

 

Quatrième de couverture:

 

Sur la planète Link-Arkoïde, l'Okrane, l'une des deux plus grandes puissances, cherche un moyen radical d'éliminer son ennemi juré, la Zéïde.

Mais l'arrivée de Slhoka, le pilote de guerre investi de pouvoirs magiques phénoménaux, va perturber ses projets...

 

Mon avis:

 

En tant que fan du genre, j'avoue que pour l'instant, je suis plutôt emballée par ce premier tome de cette série dont je n'ai pas beaucoup entendu parler.

Découverte en librairie au détour d'un rayon, j'ai décidé de l'offrir à mon chéri, qui a dévoré les 3 tomes d'une traite, et m'a dit à la fin: je suis déçu, je n'ai pas la suite! ^^

 

Bref, moi aussi, ça y est, je suis embarquée dans l'univers, et me forme à écrire cette chronique sans enchaîner de suite sur les tomes suivants, sans quoi je ne vais pas le chroniquer, comme je l'ai fait pour les nombreuses autres BDs que j'ai lues depuis que je tiens le blog...

 

Tout d'abord, j'ai été particulièrement attachée aux personnages:

- Slhoka, totalement dérouté par le monde qu'il découvre sur l'île alors qu'il est habitué aux combats, à la guerre. L'idée d'harmonie lui est totalement étrangère, et on le voit évoluer, apprendre... Bref, c'est un personnage fort et fragile à la fois, que j'ai hâte de retrouver dans le tome 2!

- Leidjill, femme de la tribu des Dorés. Elle a sauvé Slhoka, et un lien les unit alors... Mais quel est ce lien? Où va-t-il les mener? Le mystère reste entier sur ce premier tome...

- Ar'N, dont je ne sais toujours pas prononcer le nom... J'avoue j'aurais tendance à l'appeler ARN (les biologistes comprendront...), et je trouve ça plutôt rigolo. Co-équipier de Slhoka, il est encore plus déphasé que Slhoka en découvrant les us et coutumes du peuples des Dorés.

 

Outre les personnages, l'univers est fascinant. Je n'ai pas pu m'empêcher de comparer les hommes sous le commandement de l'Okrane aux peuples Caucasiens. A mon sens, on découvre de gros enfoirés avides de pouvoir et de puissance, prêts à tout pour redorer leur blason, jusqu'à vouloir l'extinction des Dorés, jugés comme primitifs... Mais finalement, je pense que la sagesse de ce peuple, les valeurs auxquelles il croit encore, en font un peuple plus évolué que le peuple dirigé par l'Okrane.

 

On est donc les deux pieds dans l'héroïc fantasy, mais également dans la science-fiction. Et étrangement, autant j'ai beaucoup de mal avec la SF en roman, ou au cinéma, autant en BD, ici, j'adhère totalement... Peut-être n'ai-je pas découvert les bons films ou romans de SF?

 

Remarque personnelle:

pour ceux qui ont lu la BD, le chaman des Dorés ne vous fait-il pas penser à Maitre Yoda? Bon, quand j'ai dit ça à chéri, il m'a assiné du regard. Quel sacrilège pour lui de comparer Maître Yoda à ce vulgaire Chaman... Mais quand même, les grandes oreilles, la barbichette, la grosse tête sur un petit corps... même les habits... bref, j'attends votre avis! ^^

 

Repost 0
Published by minifourmi - dans Littérature
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 10:12

Trimestre - LaliAuteur: Thierry Lenain

Illustrateur: Olivier Balez

Editeur: Oskar

Collection: Trimestre

Année: 2011

 

A partir du Cycle 3

 

Présentation:

 

Un papa parle de sa fille, Marion, partie en Inde pour une mission humanitaire dans un orphelinat. A son arrivée, tour à tour enthousiaste, déroutée, attérée, Marion rencontre Lali, abandonnée de tous, et décide de lui consacrer le peu de temps dont elle dispose. Plus que du temps, c'est de l'amour qu'elle lui donne... Mais très vite, se pose la question: Peut-on faire du mal en croyant faire du bien?

 

Mon avis:

 

Comme à son habitude, c'est un album empreint de sentiments, d'émotions, que nous livre ici Thierry Lenain. Une fois de plus, c'est un père qui parle, qui parle de sa fille, qui parle à sa fille. Sa fille qui a son tour, le temps d'une mission, devient un peu mère...

 

Est-ce de la méchanceté que de donner de l'amour quand on sait que l'on devra quitter la personne aimée? Est-ce égoïste de vouloir aider les autres quand on sait que cela nous aide, nous fait grandir, nous enrichit?

Doit-on vraiment s'interdire d'aimer par peur d'abandonner, d'être abandonné, par peur d'être égoïste? 

C'est un album qui interroge, et nous amène à nous interroger sur nos actes d'amour, nos actes altruistes qui le sont bien rarement. Car finalement, peut-on vraiment donner de l'amour sans rien recevoir en retour, pas même un soupçon de satisfaction personnelle? Et doit-on vraiment pour cela s'interdire de le faire?

 

J'aime ce père, qui accompagne sa fille sans obligatoirement guider systématiquement ses pas, qui lui donne la liberté de choisir sa voie, et la regarde grandir, devenir femme, devenir mère. En tant que fille, je me suis souvenue de mon papa, des grandes discussions que nous avons eu, à une époque où les choix étaient difficiles pour moi. Il m'a toujours laissé le choix, là où ma mère m'imposait... Mais finalement, ce sont ses paroles à lui qui résonnaient, et ce sont ses paroles qui m'ont aidées à grandir, à évoluer, à tracer mon chemin, à devenir plus forte, et indépendante, à me stabiliser, quand ma mère m'a appris à me révolter, à me protéger, à me méfier... J'ignore si tous les pères sont capables de cet amour, mais en tout cas, il est extrêmement honorable et bienfaiteur.

 

J'aime aussi cette jeune fille, qui part en mission humanitaire telle la chenille qui tisse sa chrysalide, pour en sortir papillon... Blessée par les paroles d'une infirmière blasée, qui a baissé les bras depuis longtemps, blessée par la peur de faire du mal à une enfant...

 

J'ai aimé que, comme dans la vie, aucun échange ne fonctionne à sens unique, et chacun apprend de l'autre:

- le père apprend à devenir le père d'une adulte

- la fille apprend à devenir adulte, à faire des choix

- l'enfant, et l'infirmière apprennent aussi, mais à vous de le lire maintenant, pour découvrir ce qu'elles apprennent! :D

 

C'est donc un album à ne pas rater, conté avec brio par Thierry Lenain, et illustré avec beaucoup d'émotions par Olivier Balez, dont j'admire une fois de plus le travail inestimable, car il sait quoi nous donner à voir pour nourrir notre imaginaire sans l'entraver, même sur des récits très réalistes.

 

Je remercie vivement Oskar éditions, la collection Trimestre, ainsi que Thierry Lenain et Olivier Balez pour m'avoir offert cet album, si touchant, que j'aurais grand plaisir à faire partager aux enfants qui m'entourent (mes élèves si je quitte un jour la maternelle pour des plus grands, mes propres enfants quand j'en aurais, mes cousins et cousines, neuveux et nièces, et j'en passe! ^^)

Repost 0
Published by minifourmi - dans Littérature
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 11:51

dragons_film_1_-43558.jpgchallenge-serie-box.pngRéalisateurs: Chris Sanders et Dean Deblois

Date de sortie: 31 mars 2010

Durée: 1h33

 

Synopsis sur Allociné:

 

L'histoire d'Harold, jeune Viking peu à son aise dans sa tribu où combattre les dragons est le sport national. Sa vie va être bouleversée par sa rencontre avec un dragon qui va peu à peu amener Harold et les siens à voir le monde d'un point de vue totalement différent.

 

Mon avis:

 

J'ai fait une belle découverte avec ce film! Sorti en 3D, je m'en étais fait une image assez négative, et commerciale, et finalement, je regrette presque de ne l'avoir pas découvert dans les salles obscures.

 

Dès le départ on est plongé dans l'ambiance, en découvrant le côté totalement farfelu de cette communauté. Et lorsqu'on découvre Harold, on ne peut qu'être sous le charme de ce garçon touchant, maladroit, et qui ne marche résolument pas dans la voie que l'on a choisie pour lui.

C'est un vrai bonheur de le voir évoluer, et se révéler, tout en restant fidèle à ses propres convictions, n'écoutant que son coeur et sa conscience.

Je regrette donc que ce film soit destiné aux enfants, car il me semble qu'un grand nombre d'adultes devraient le regarder sous un regard neuf, et se laisser convaincre par cette philosophie.

De plus, les dragons sont tour à tour craquants, hilarants, terrifiants... je les adore!

Cette histoire allie à la perfection humour, amour, émotion, tendresse. On passe du rire aux larmes, et je n'ai pas honte de le dire, oui, j'ai versé ma petite larme!

Il fait partie des films que j'aimerais faire partager à mes enfants plus tard.

 

Ce film me fait penser à une anecdote que l'on m'a racontée il y a quelques temps, et qui raisonne dans ma tête:

 

Alors que sa maman découpe l'os du gigot avant de le mettre dans le four, une petite fille demande:

"- Maman, pourquoi coupes-tu l'os du gigot avant de le mettre dans le four?

- Parce que c'est ainsi que le faisait ta grand-mère, et ton arrière-grand-mère, et qu'il en est ainsi depus longtemps."

La petite va voir sa grand-mère, et lui demande:

"- Mamie, pourquoi coupes-tu l'os du gigot avant de le mettre dans le four?

- Parce que c'est ainsi que le faisait ton arrière-grand-mère, et sa mère avant elle!"

La petite va voir son arrière-grand-mère, et lui demande:

"- Mémé, pourquoi coupes-tu l'os du gigoy avant de le mettre dans le four?

- Ma petite, parce qu'à l'époque, nous n'avions pas les grands fours d'aujourd'hui! Le four était trop petit, et pour faire rôtir le gigot, nous n'avions d'autre choix que d'en couper l'os!"

 

Moralité: il faut toujours savoir pourquoi l'on fait les choses au lieu de les appliquer bêtement, parce que c'est ainsi que l'on a toujours fait...

 

Pour aller plus loin:

 

 

 


 
Repost 0
Published by minifourmi - dans Cinéma
commenter cet article
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 16:01

Rebecca-kean-T1.jpg

Challenge ABC 2012 logo

Auteur: Cassandra O'Donnell

Editeur: J'ai lu

Collection: Darklight

Année: 2011

 

Urban Fantasy

Bit-lit

 

Offert par choOkette

 

Quatrième de couverture:

 

Burlington...nouvelle Angleterre. Pas de délinquance, élue la ville la plus paisible des États unis, bref un petit havre de paix pour une sorcière condamnée à mort et bien décidée à vivre discrètement et clandestinement, parmi les humains. Malheureusement, en arrivant ici, je me suis vite aperçue que la réalité était tout autre et qu'il y avait plus de démons, de vampires, de loups-garous et autres prédateurs ici que partout ailleurs dans ce foutu pays. Mais ça, évidemment, ce n'est pas le genre de renseignements fournis par l'office de tourisme. Maudit soit-il...

 

Mon avis:

 

Ca faisait un petit bout de temps que je ne m'étais pas plongée dans de la bit-lit, le dernier en date étant "Le livre perdu des Sortilèges", avant les vacances de Noël... Et je ne regrette pas! Je dirais presque que ça m'avait manqué.

 

Rebecca Kean est une héroïne adulte, maman, c'est une sorcière très puissante et impitoyable.

Contrairement à des récits comme Twilight, qui suintent de bons sentiments et de mièvrerie, ici point de tout cela, ou par petites touches! C'est bien l'action qui est au coeur du livre, avec une héroïne touchante, forte, à l'humour bien trempé.

Le récit est ponctué ça et là de phrases en italique qui délivrent les pensées de l'héroïne, et ajoutent une pointe d'humour (il m'est arrivé de m'esclaffer de rire en pleine lecture, et ça, ça fait du bien!). Les chapitres sont courts (une dizaine de pages maximum), s'articulent autour d'une action, et donnent une dynamique forte au récit, à tel point que je ne me suis jamais ennuyée au cours de cette lecture.

J'avoue, j'avais des apriori sur cette lecture, je craignais un peu le côté "surplus vampirique", et le trop plein de niaiseries amoureuses, mais je me suis délectée d'actions, d'émotions, et de suspense.

 

Rebecca c'est une femme forte, indépendante, qui n'y va pas par quatre chemins. Et pour vous le prouver, la première phrase du roman vous met immédiatement dans l'ambiance:

"Je me demandais si je devais rouler ou non sur le cadavre."

 

A noter: elle est d'origine française, et j'ai trouvé très amusant de retrouver à travers elle les stéréotypes français vus d'un point de vue américain (le côté râleur, bagarreur, impulsif, révolutionnaire...) 

 

Autre petit plus, et non des moindres, ce tome n'est pas juste là pour planter le décor comme souvent dans les romans du genre que j'ai pu lire, qui en font des tomes souvent décevants au regard du reste de la série. Ici, le premier tome s'articule autour d'une intrigue qu'on a le bonheur de voir résolue à la fin. Et même si on meurt d'envie de découvrir la suite car de nombreuses parts de mystère restent sans réponse, on ne reste pas sur notre fin car l'action en elle-même est bouclée, et nous savons déjà que c'est une autre partie de la vie de Rebecca que nous découvrirons dans le tome suivant.

 

Parmis les autres personnages, nous retrouvons des lycanthropes (dont la meilleure amie de Rebecca), des vampires, des démons, des muteurs, des "potionneuses"... C'est un monde peuplé de créatures fantastiques, qui devrait plaire aux amoureux du genre.

 

Merci beaucoup choOkette pour cette belle découverte!!!

 

Pour aller plus loin:

 

Le tome 2 est déjà publié sous le nom "Pacte de sang", et le tome 3 devrait paraître le 21 mars 2012 sous le nom "Potion macabre"

 

bitlit

Challenge Good Wings Bad Wings

challenge magie et sorcellerie littéraire

Bit-lit-2012--logo1-

Repost 0
Published by minifourmi - dans Littérature
commenter cet article
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 14:36

Challenge ABC 2012 logoalice-au-royaume-de-coeur.jpgAuteurs - Illustrateurs: Soumei Hoshino et QuinRose

Titre VO: Heart no kuni no alice, book 1

Editeur: Ki-oon

Année: 2010

Manga Shôjo


Offert par Nanet

 

 

Quatrième de couverture:

 

Alice Liddell somnole dans son jardin quand un lapin blanc l’entraîne bien malgré elle dans un étrange tunnel. De l’autre côté du miroir, la voilà au centre d’un jeu intrigant et secret : tous les garçons du royaume de Cœur cherchent par tous les moyens à la séduire… quand ils n’essaient pas de la tuer !

 

Mon avis:

 

Un manga déconcertant, qui joue de notre connaissance du roman de Lewis Caroll pour nous faire perdre pied dans un univers difficile à saisir.

Je ne saurais pas vraiment dire si j'ai aimé ou pas ce premier tome. J'avoue avoir été destabillisée. A la lecture, on navigue dans l'absurde, dans l'étrange. Ce qui peut paraître comique devient presque angoissant.

Bref, si je devais rattacher cette lecture à un mouvement artistique, je dirais sans aucun doute le surréalisme. Mais après tout, c'est un bel hommage à l'oeuvre de Lewis Caroll, totalement absurde à l'époque, mais toujours aussi plaisante à découvrir aujourd'hui, que de retranscrire le surréalisme dans des problématiques plus actuelles, et des personnages plus contemporains (mafia, fête foraine, ...)

 

En ce qui concerne la forme, n'étant pas habituée aux mangas, la lecture n'a pas été des plus simples pour moi. Les auteurs jouent beaucoup des cases qui s'enchevêtrent, des personnages immenses qui prennent toute la page, passant par-dessus les vignettes... Bref, une construction peu régulière qui n'aide pas à la compréhension. Et comme si cela ne suffisait pas, la majorité des personnages sont masculins, et il est assez difficile de les distinguer dans le format papier noir et blanc... Heureusement, leurs tenues farfelues et originales permettent de distinguer tout ce beau monde.

Si vous ne connaissez pas du tout l'univers des mangas, j'aurais tendance à vous déconseiller cette lecture pour le découvrir. Heureusement, ces 2 dernières années, ma curiosité m'a poussée à ouvrir les pages de quelques mangas, aux structures bien plus faciles d'accès, et en m'accrochant un peu, j'ai réussit à saisir l'ensemble, et à prendre plaisir à cette lecture. Ma curiosité m'incite à découvrir le deuxième tome, mais vu que j'ai des tonnes de lectures encore à faire, j'attendrais peut-être un peu avant de me le procurer.

 

Merci à Nanet, qui a eu la générosité de m'offrir ce livre à l'occasion du swap Noël en hiver. Merci beaucoup!!!

 

Pour aller plus loin:

 

Il existe une version animé que je n'ai pas réussi à découvrir (si je parviens à le regarder, je posterais un nouveau billet dans le cadre du challenge Regarde ce que tu lis), mais qui m'intrigue fortement. Pour les curieux, voici les trailers du livre, et de l'animé:

 

 

 


 

 

 


 

Logo Livraddict

Repost 0
Published by minifourmi - dans Littérature
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 10:46

 

Challenge ABC 2012 logochallenge magie et sorcellerie littéraire

Someday's dreamers 1

  Scénariste: Norie YAMADA

Dessinateur: Kumichi YOSHIZUKI

Editeur: Panini Comics

Collection: Génération Comics

Année: 2002

 

Manga

Dès 8 ans pour un bon lecteur, mais l'univers est plutôt orienté pour les ados.

 

Quatrième de couverture:

 

Pourquoi a-t-on le coeur serré?

Quelle est la raison des larmes?

Yume, la petite sorcière de province, doit aller à Tokyo pour compléter son apprentissage afin de devenir une sorcière confirmée.

Ce manga est destiné à tous ceux qui ne peuvent oublier leurs rêves...

 

Mon avis:

 

J'ai découvert cette série grâce au challenge ABC, car je cherchais désespérément un auteur dont le nom commence par Y, et mis à part les auteurs japonais, ils ne sont pas légion. J'y ai donc vu l'excuse idéale pour lire et découvrir un nouveau manga...

 

J'ai passé un bon moment de lecture, sans dire que c'était exceptionnel. Je ne suis pas sûre de vraiment me souvenir de l'histoire dans 3 mois... (j'irais donc relire ma chronique pour savoir de quoi ça parlait! ^^)

J'ai trouvé le dessin agréable, les personnages sont expressifs, mais c'est l'une des choses que je préfère dans les mangas, avec un jeu très prononcé dans la mise en page, qui donne un fort dynamisme à l'histoire.

 

Le personnage de Yume est attachant, un peu naïf et maladroit, et étonnamment doué en magie. On y voit une gentille petite fille, mais qui manque encore un peu de tempéramment (peut-être cela va-t-il évoluer par la suite, quand elle va prendre confiance en elle et s'insurger contre des idées opposées à ses idéaux).

C'est avant tout une histoire idéaliste, empreinte d'optimisme et de bons sentiments qui devraient parler aux plus jeunes (d'où la possibilité de le lire dès 8ans à mon avis, si l'enfant est bon lecteur et s'y retrouve dans toutes ces vignettes qui s'entremêlent et le sens de lecture inversé...), et qu'il est bon de se remettre à l'esprit quand on a "passé l'âge" (ou pas... ^^).

 

Ce premier tome plante le décor, maintenant reste à voir si par la suite l'histoire s'accélère, si Yume commence à prendre sa formation vraiment en main. Je lirais donc le deuxième tome avec plaisir... ou le découvrirais en animé, peut-être!

 

Ma note:

quatre-oiseaux.jpgParce que je ne voulais pas mettre 3 oiseaux, qui aurait été la note moyenne, et que j'ai quand même apprécié cette lecture. 

Je garde quand même le sentiment d'avoir surnoté, vu que je suis quasiment certaine d'oublier l'histoire rapidement. 

3,5/5

 

Challenge regarde ce que tu lis

 

L'animé:

 

Je n'ai pas trop accroché aux couleurs très pastels. Les effets sont exagérés par rapport au livre, mais rend le livre un peu plus visuel, et donc intéressant pour l'adapter en animé.

Il reste cependant agréable à regarder, et je pense que je vais m'attarder un peu sur les épisodes suivants.

 

Si vous souhaitez vous faire une idée, voici le premier épisode, qui ne raconte que le début du livre!

 

 

 

Logo Livraddict

Repost 0
Published by minifourmi - dans Littérature
commenter cet article
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 10:02

Je m'habille et... je te croque!Auteur-Illustratrice: Bénédicte Guettier

Editeur; L'école des loisirs

Collection: Lutin poche

Année de première édition: 1998

 

Adapté pour les plus petits.

 

Présentation de l'éditeur:

 

On a beau être un loup-garou... on n'en est pas moins élégant!

 

Dans la même collection, retrouvez "Je m'habille et je t'apporte un cadeau", "Je m'habille et je pars au galop", "Je m'habille et je te transforme en crapaud", "Je m'habille et je vais danser", "Je m'habille et je me couche" et "Je m'habille et je décolle".

 

Mon avis:

 

Ce n'est pas le type de lecture pour enfants qui m'attire au premier abord. Couleurs flashies, dessins très stylisés avec contours noirs épais, et très peu de texte... Cependant, je désespérais plus ou moins de trouver des albums intéressants adaptés aux TPS-PS qui ne sont pas encore très familiers des livres, et cet album est parfait pour cela!

De plus, comme dans l'album "Plouf", cet album se lit à la verticale, et cela change du format habituel, en rendant le loup plus grand, plus impressionnant.

 

Les élèves ont totalement adhéré à l'album. Eux qui en principe fondent en larmes rien qu'à l'idée d'avoir peur, avec cet album ils ont plaisir à se faire peur, ils se cachent derrière leurs mains en riant, et en redemandent.

Une de mes élèves, la plus jeune, m'a même surprise en me racontant l'histoire du début à la fin, alors que je n'avais pas encore entendu sa voix depuis le début de l'année. Depuis cet album, elle sourit, commence à parler, et rit... Un vrai bonheur donc!

 

Bien sûr, cet album est tout indiqué pour aborder le lexique de l'habillage, à travers divers jeux (habiller le loup, jeu du loto, mémory, etc...). En classe entière, nous avons même débatu sur le problème de la culotte. Est-ce que le loup met vraiment une culotte? Ne serait-ce pas plutôt un caleçon? ou un boxer? ou un bermuda? (chacun y allant de son vocabulaire familier, en expliquant aux autres à quoi ça ressemble...) J'ai évité de justesse le string quand les enfants ont commencé à me dire "ma maman, elle porte des boxers..." ^^ ("hum... et ton papa?" mdr)

 

Cet album est également très intéressant pour la syntaxe de phrase avec les tous petits. La structure répétitive des phrases les oblige finalement à dire tous les mots: "Je mets mon pantalon" au lieu de "mets pantalon" comme ils disent d'habitude.

 

Pour aller plus loin:

 

  • Travailler sur le lexique:

 

Avec des CP-CE1 en APE (ou GS), par Le Chêne parlant.

Imagiers et jeux pour la maternelle proposés par l'académie de Nantes.

L'album sur une page A4 au format pdf: pour remettre les images en ordre par exemple.

Des fiches de travail et des affichages pour raconter l'histoire, proposé par la maternelle "Le petit Choron"

Des petites sections s'habillent: la maternelle Camus.

Plusieurs activités à la maternelle Gonfaron (descendez un peu pour avoir les activités autour de cet album)

Des activités à La petite école dans la prairie.

 

  • Des réseaux d'albums:

Des albums à structure répétitive sur Maternailes, avec de nombreuses idées d'activités, de jeux etc...

Un projet avec les différentes compétences travaillées proposé par le CRDP de Strasbourg

Des exploitations en réseaux, des fiches d'activités, des jeux tout prêts sur materalbum.

 

  • Découvrir Bénédicte Guettier:

La fiche auteur proposée par l'école des loisirs.

Biographie et bibliographie sur Ricochet.

 

Logo Livraddict

Repost 0
Published by minifourmi - dans Littérature
commenter cet article
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 21:18

c-est-moi-le-plus-fort.jpgAuteur-Illustrateur: Mario Ramos

Editeur: L'école des loisirs

Collection: Pastel

Année: 2002

 

Plutôt Cycle 1 - Cycle 2

 

Présentation de l'éditeur:

 

Quand un loup a besoin d'être rassuré, que fait-il ? Il va poser cette question toute simple aux habitants de la forêt: "Dis-moi, qui est le plus fort ?" Et tout le monde, du Petit Chaperon Rouge, aux Trois Petits Cochons en passant par les sept Nains, tout le monde répond: le plus fort, c'est le loup. Alors, quand une espèce de petit crapaud de rien du tout lui tient tête, le loup se fâche...

 

Mon avis:

 

Cet album est un des albums chouchous de mes élèves. De part sa structure répétitive, les élèves ont plaisir à voir le loup se vanter sans cesse d'être le plus fort, et rencontrer de nouveaux personnages. Mais ils ont encore plus de plaisir à découvrir la chute surprenante et il faut le dire hilarante!

Aujourd'hui, une élève de TPS (2 ans tout juste), a amené ce livre en classe avec sa soeur de GS (5ans) car nous travaillons sur le loup. Lorsque je l'ai lu l'album, la toute petite n'attendait qu'une chose: ce que répond le petit crapaud au loup à la fin (mais je ne vous dirait pas ce qu'il dit, pour ne rien gâcher non plus! hihihi).

De plus, les enfants adorent retrouver des personnages qu'ils ont déjà rencontré dans d'autres histoires: les 3 petits cochons, le petit chaperon rouge, les 7 nains... Ils aiment la manière de parler du loup, avec les petits noms qu'il donne à chacun des personnages.

Bref, ce grand classique a un vrai succès chez les enfants, et je vous le conseille vivement! C'est un vrai bonheur de découvrir à nouveau le ridicule de ce personnage!

 

Pour aller plus loin:

 

  • Pour tous les curieux:

 

Le site de Mario Ramos

 

  • Pour la maternelle:

Une exploitation en GS sur le blog "Crayon à papier"

Un jeu de piste à télécharger pour jouer en classe, proposé par un(e) enseignant(e) de l'académie de Nice.

Des activités dans tous les domaines de l'école maternelle par "Ecole petite section".

Des outils: affichages, fiches de travail, jeux et pistes de travail, proposés par des stagiaires en Maîtrise de la langue en cycle 1 et 2 dans le Cantal.

 

 

  • Pour le cycle 2 (CP-CE1):

 

Des pistes pour l'APE proposées par l'académie d'Aix-Marseille.

Des fiches de travail pour le CP.

Une analyse et des séquences de travail autour de cet album en CP, proposé par le CRDP de Bordeaux.

Des fiches de travail en CP (fin d'année, après Je lis avec Dagobert), sur Razimbaud.com.

Des pistes de travail et des outils, par Nicolas Martin, conseiller pédagogique.

Des fiches de travail pour le CE1 proposées par Le p'tit Monkey.

Repost 0
Published by minifourmi - dans Littérature
commenter cet article
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 20:55

En ce moment, j'ai envie de regarder des séries, et plutôt du genre fantastique. Je n'ai pas été déçue en découvrant Lost Girl, une série canadienne créée par Michelle Lovretta en 2010.

 

Lost-girl1.jpg

 

Synopsis:

 

La ravissante et très charismatique Bo est un succube comme les autres. D'ordinaire, ces démons prennent l'apparence d'une femme pour séduire les proies et vider leurs partenaires masculins de leur énergie sexuelle. Bo, elle, vit parmi les humains et essaie de s'adapter à leur mode de vie, en s'efforçant d'éviter que ses instincts meurtriers prennent le dessus. Refusant de se plier aux règles des siens, elle est une marginale en quête de sa véritable mère et du mystère entourant ses origines.

 

Les personnages:

 

BO

(Anna Silk)

 

Lost-girl-BO.jpg

 

L'héroïne.

Bien qu'elle soit succube, Bo est un personnage sensible et touchant, que l'on a plaisir à découvrir au fur et à mesure de la saison. Elle a du tempérament, c'est un esprit libre qui pourtant peut surprendre par son besoin de stabilité et de repères. Elle sait ce qu'elle cherche, et est prête à tout pour l'obtenir.

KENZIE

(Ksenia Solo)

 

Lost-girl-Kenzi.png

 

Humaine, c'est l'amie et confidente de Bo.

Elle rencontre Bo lors du premier épisode, et ne la lâche plus. Voleuse, paumée, barjo, cinglée, c'est mon personnage préféré, de loin! Elle me fait rire, me touche, et j'ai envie de la voir évoluer.

J'avoue, cela m'agace un peu de la voir toujours dans l'ombre de Bo. J'aimerais qu'elle soit un petit peu mieux mise en valeur parfois.

 

 

DYSON

(Kristen Holden-Reid)

 

Lost-girl-Dyson.jpg

 

Fae de lumière, flic...

C'est Mr beau gosse, qui en fait baver plus d'une. Personnellement, il me laisse plus ou moins indifférente, car il manque de fantaisie à mon goût, mais j'ai beaucoup apprécié sa place dans cette saison... J'attends de voir ce qu'il adviendra de lui par la suite.

 

 

HALE

(K.C Collins)

 

Lost-girl-Hale.jpg

 

Fae de lumière, équipier de Dyson.

Il passerait presque inaperçu, même si finalement, sa place est très importante dans certains épisode. Perso, je l'adore. C'est une pile, il ne s'arrête jamais, et donne du pep's à la série. Si il y en a un qui me fait baver, ce serait plus lui, sous ses airs de gros lourdingue qui ne pense qu'à ça!

 

 

TRICK

(Richard Howland)

 

Lost-girl-Trick.jpg

 

Fae, gère le bar.

Voilà un personnage bien énigmatique. Ami de Dyson, conseiller, c'est la voie de la sagesse de la série. Cependant, on ne sait pas vraiment qui il est (on en sait un peu plus à la fin de la saison), et on se pose des questions! Où veut-il donc en venir?

 

 

LAUREN

(Zoie Palmer)

 

Lost-girl-Lauren.jpg

 

Humaine, médecin-scientifique au service du Frêne.

Alors elle, elle m'agace. Dès le départ, je ne l'ai pas aimé. Peut-être son côté blondasse... ou son côté faux-cul! Je ne sais pas, mais sa tête ne me revient pas! Son rôle est pourtant fondamental. Il fallait bien une tête à claques!

 

 

Mon avis:

 

J'ai bien accroché à cette série, qui nous fait découvrir un monde où se mèlent êtres fantastiques (faes) et humains, avec toutes les problématiques qui se posent: quelle est l'organisation des sociétés secrètes que sont les faes? Qui les gouverne? Comment se mêlent-ils à la population sans se faire découvrir?

On découvre Bo, en même temps qu'elle se découvre elle-même, qu'elle apprend à se contrôler. Ainsi, nous découvrons ce monde fantastique et mystérieux, ses dangers, ses règles.

 

Je regrette juste le côté un peu trop manichéen de la série, avec opposition entre Fae de la lumière et Fae de l'ombre qui n'est pas sans laisser penser à une opposition gentils/méchants. Heureusement, Bo a refusé de jurer allégeance à l'un ou l'autre des clans, permettant de semer un peu le doute, mais l'on voit bien que son coeur pencherait plus pour le côté lumière!

 

La saison se termine en beauté, et j'ai hâte d'en découvrir plus!

Repost 0
Published by minifourmi - dans Séries télévisées
commenter cet article
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 13:24

Un-monstre-a-paris.jpgRéalisateur et Scénariste: Eric (Bibo) Bergeron

Co-scénariste: Stéphane Kazandjian

 

Voix: Vanessa Paradis (Lucille), M (Francoeur), Gad Elmaleh (Raoul), Sébastien Desjours (Emile), François Cluzet (le préfet Maynott), Ludivine Sagnier (Maud), Julie Ferrier (Madame Carlotta), Bruno Salomone (Albert)

 

Producteur: Luc Besson

 

Date de sortie: 12 octobre 2011

Durée: 1h22

 

Un Monstre à Paris - le site officiel.

 

Synopsis:

 

Dans le Paris inondé de 1910, un monstre sème la panique. Traqué sans relâche par le redoutable préfet Maynott, il demeure introuvable... Et si la meilleure cachette était sous les feux de "L'Oiseau Rare", un cabaret où chante Lucille, la star de Montmartre au caractère bien trempé ?

 

Mon avis:

 

COUP DE COEUR

 

Un petit bijou. Cela faisait longtemps que je n'avais pas vu un film pour enfants aussi réussi! Que dis-je? Film pour enfants? Que nenni! Films pour toute personne sensible à la poésie, à l'humour, à l'amitié, au Paris de Montmartre, et indiscutablement pour tous les amateurs de Vanessa Paradis et de M.

Je vous le dis, vous ne serez pas déçus!

 

J'ai vu ce film avec ma classe, lors d'une projection offerte pour noël par la mairie de la commune. Ils avaient hésité entre ce film et Tintin... Heureusement qu'ils ont choisi celui-ci. Je craignais un peu que les petits n'y trouvent pas leur compte et gigotent, mais pas du tout. Ils se sont régalés! Bon, faut dire, j'ai déjà pas mal exercé leur capacité d'écoute musicale, et ont adoré la chanson "La Seine", qu'ils chantonnaient à qui mieux mieux après la projection! Mais ils ont ri aussi, ont eu très peur également, certains se mélangent un peu les pinceaux entre le monstre Francoeur (qui n'a de monstre que l'apparence), et le préfet Maynott (que certains nomment aussi le monstre, car c'est un vrai monstre de coeur)...

Nous sommes en plein dans la question de l'identité du monstre. Est-ce une apparence? Est-ce un état d'esprit?

A mettre en réseau avec Sentimento de Carl Norac et Rébecca Dautremer...

 

Sentimento

 

Je suis épatée par la qualité artistique des images, par la manière de se mouvoir des personnages. C'est tellement frappant que l'une de mes élèves (5 ans), a représenté Lucille avec son déhanché quand elle chante, par ce que oui, elle est magnifique à regarder! Et je ne suis pas étonnée d'apprendre dans la bouche de Vanessa Paradis que leurs mouvements aient été étudié pour réaliser les chorégraphies des personnages.

 


 

Plus qu'un film, de la musique!!!

 

Ce film est également un petit bijou musical, et je me suis empressée d'aller acheter la bande-annonce (pour mes élèves, mais aussi pour mon plaisir personnel!). Une rencontre entre 2 artistes d'exception que j'affectionne tout particulièrement.

 

un-monstre-a-paris-2011-14496-1379354418.jpg

 

Pour le plaisir des yeux et des oreilles, voici plusieurs versions de "La Seine":

 

 Extrait du film:


 

Live entre Vanessa Paradis et -M-:

 


 
Pour aller plus loin:
Ils en parlent aussi sur la toile:

 

Et pour se faire plaisir, voici la bande-annonce, et quelques extraits du film:

 

 


 

 

 

Repost 0
Published by minifourmi - dans Cinéma
commenter cet article